Mise à jour: 10/11/2003 06:34
Le cri d’alarme de Valérie
Éric Yvan Lemay - Journal de Montréal
 
Valérie Mouton lance un cri d’alarme pour le don d’organes. Si elle ne reçoit pas de nouveaux poumons d’ici quelques mois, elle mourra… comme sept de ses amis.

La jeune femme de 25 ans est neuvième au Québec pour des poumons de son groupe sanguin, A positif. «Jusqu’à récemment, je me considérais comme une Wonder Woman. Mais depuis, j’ai eu des passes difficiles et il m’arrive de douter que je vais m’en sortir», dit celle qui souffre de fibrose kystique depuis sa naissance.

Elle n’est toutefois pas seule dans sa situation. Seulement à son étage du pavillon Hôtel-Dieu du CHUM, ils sont cinq jeunes atteints de fibrose kystique en attente d’une greffe de poumons.

Difficulté à respirer

Valérie a déjà perdu six amis en 2002 et un autre en avril dernier, faute d’organes. C’est à la suite d’une série de décès qu’elle a demandé à son médecin en octobre 2002 d’être mise sur la liste d’attente pour une greffe. «Je n’avais pas juste de la difficulté à monter les escaliers. C’était rendu que je m’essoufflais juste en prenant une douche», soutient-t-elle.

Après une série de tests, elle a été mise sur la liste d’attente le 5 mai dernier. Ses médecins lui ont dit qu’elle n’en avait plus que pour deux ans ou moins.

Il y a un mois, elle a été hospitalisée en permanence puisque ses poumons ne sont plus qu’à 28 % de leur capacité, ce qui entraîne une hypertension pulmonaire. Loin de se plaindre de son hospitalisation, elle mise maintenant tout sur la greffe qui lui permettrait de vivre encore de nombreuses années.

Pour son frère

Valérie et son père, Denis Mouton, souhaitent augmenter la sensibilisation au don d’organes. D’autant plus que le poumon est un organe sensible et pas aussi facile à transplanter qu’un rein ou un foie par exemple.

Elle le fait aussi pour son frère de 23 ans, lui aussi atteint de la fibrose kystique et qui aura probablement besoin de poumons lui aussi un jour ou l’autre.

Tout ce qu’elle souhaite, c’est de ne pas finir comme son amie Nancy à qui on a trouvé des poumons compatibles six heures après son décès.

 
 
Copyright © 1996-2003 Netgraphe inc. Tout droits réservés